Browsing Category

São Miguel/Açores * mai 2018

São Miguel/Açores * mai 2018

Monte Palace, Miradouro da Vista do Rei #1

28 juin 2018

Lundi 28 mai 2018 {& jeudi 31 mai 2018} | jour #6 {et #9} | Après notre randonnée «Mata do Canário – Sete Cidades» et un moment passé à Sete Cidades, la petite ville au pied du lac. Nous sommes remontés par l’est, en contournant le Lagoa de Santiago, vers le Miradouro da Vista do Rei et j’ai tout de suite été interpellée par l’immense et massif bâtiment de béton, triste, gris et complètement à l’abandon, construit sur cette avancée. J’y ai très vite reconnue celui dont j’avais eu l’occasion de voir quelques photos en préparant notre voyage. (Je n’avais pas pris le temps de noter ses coordonnées mais je m’étais pourtant dis que ce serait sympa d’y faire un tour.) Et puis, j’y avais justement repensé pendant l’après-midi, me souvenant que, de cet hôtel il y avait une vue incroyable sur la caldeira et les lacs Lagoa Azul et Lagoa Verde ! Une bonne surprise donc de tomber dessus, au hasard de notre route. Excitation et curiosité sont à leurs combles quand on franchit l’enceinte de ce lieu assez dingue !

Construit dans les années 1980, le Monte Palace était un hôtel 5 étoiles grand luxe comportant 88 chambres (dont 4 suites de luxe), deux restaurants, des salles de conférence, une boîte de nuit, un coiffeur et une banque. L’hôtel qui devait initialement ouvrir en 1983, n’a finalement ouvert ses portes que le 15 avril 1989 avec déjà une déficit financier important. Pour définitivement fermer… en novembre 1990 ! Un projet sans doute beaucoup trop ambitieux à cette époque, où le tourisme dans l’archipel n’était pas encore suffisamment développé, surtout pour un hôtel d’un tel standing.

Jusqu’en 2010, l’hôtel était sous la surveillance de gardiens de sécurité et de chiens, mais lorsqu’ils ont fini par quitter les lieux (faute de salaires versés), l’hôtel a été inévitablement la proie à d’incroyables pillages et dégradations. Et quand les premières baies vitrées ont commencé à être cassées, l’intégralité de celles-ci ont fini par être enlevées pour des raisons de sécurité. Laissant l’hôtel complètement ouvert aux aléas climatiques et aux pluies très fréquentes sur l’île (surtout en hiver et à l’automne). Les deux ascenseurs dans le grand hall principal ont également été enlevés laissant un grand vide dangereux à chacun des trois étages. En quelques années à peine, l’hôtel est devenu une carcasse nue et gorgée d’humidité, recouverte de tags, où il ne reste quasiment plus rien, hormis quelques tentures défraîchies et à moitié arrachées sur les murs, ou bouts de moquette, verres brisés et quelques restes de marbres dans les salles de bains anciennement luxueuses…

Et le plus spectaculaire je trouve, est le contraste entre la végétation vibrante, luxuriante, aux couleurs lumineuses et chatoyantes qui a complètement investie tous les abords du lieu, la grande terrasse sur l’avant {mais aussi certains murs et plafonds, les recouvrant d’une espèce de lichen vert quasi-fluorescent} / et le gris, l’humidité prégnante, cette désolation et ce gâchis incroyable. Chacune des 88 chambres bénéficiait d’une grande baie vitrée, avec selon son emplacement, une vue sur les lacs, sur l’océan ou sur la forêt. Aujourd’hui, toutes ces ouvertures sont comme de grands cadres de tableaux béants sur ce décor sublime d’une nature majestueuse, où dès que l’on fait quelques pas en arrière, on est littéralement saisi par la discordance totale avec ce qui reste de ces chambres à l’origine si cossues ! Et paradoxalement, cela fait de ce lieu, de notre point de vue en tout cas, un endroit très photogénique. Ce d’autant plus sous la lumière dorée de fin de journée, dont nous bénéficierons les deux soirs où nous nous y rendrons ! (La première fois nous n’avions pas notre Canon (encore en panne) et nous déciderons d’y retourner une deuxième fois, lorsque celui-ci se remettra à fonctionner deux jours avant notre départ.) Quelques vidéos à sont à voir également sur instagram

 {Photos Oliv & moi.}

> Et si vous voulez connaître plus en détails l’histoire de ce lieu et notamment le saisissant contraste des photos avant/après… n’hésitez pas à regarder la vidéo de Jorge Loures qui est très intéressante.