papou, petits & grands bonheurs

Notre grand voyage en famille ! {J-60}

11 avril 2019

Jeudi 11 avril 2019 | { J-60} | Je suis certaine que mon papa aurait adoré prendre part à cette aventure un peu folle que nous nous apprêtons à vivre ! Sa curiosité insatiabe et son enthousiasme à toute épreuve me manquent, douloureusement parfois. Comme son envie toujours enjouée de partir… à l’aventure ! Quelle soit à quelques rues de chez lui, quelques centaines de kilomètres ou à l’autre bout du monde.

J’ai fait mon premier baptême de plongée avant mes 10 ans. De la spéléologie dès 7 ans… J’étais trop fière de porter mon casque avec ma lampe acétylène sur la tête, ma petite réserve de cailloux (carbure de calcium) accrochée à ma ceinture-mousqueton qu’il fallait secouer régulièrement pour redonner un souffle de vie à la flamme. Les dizaines de grottes visitées, dans le Vercors, près de chez nous dans le sud-ouest, dans les Pyrénées… Souvenirs des boyaux où nous passions mon frère et moi à quatre pattes en riant, quand notre papou nous suivait en peinant parfois à se faufiler dans ces mêmes tunnels étroits mais le sourire aux lèvres et les yeux brillants, car de toute évidence, nous lui offrions là parmi ses plus beaux souvenirs avec nous !

Nos plus de 30km parcourus à 10 et 12 ans dans le Vercors, lors d’une randonnée où notre papou avait pendant plusieurs kilomètres perdu le sentier. Nous avions bien sûr perçu ce jour là son inquiétude mais sans broncher nous avons avalé les kilomètres. Le soulagement ressenti à l’arrivée m’est encore presque palpable… Et dès le lendemain, nous sommes repartis pour d’autres aventures. Pourquoi attendre ?

Nos matinées patinoire à Villars de Lans, nos journées à Saint-Larry où nous skiions de 9h à 17h ! Il fallait profiter pleinement des choses, toujours ! Souvenirs encore vifs (et un peu douloureux) des pistes bosselées et gelées qu’il fallait dévaler car toujours tous les trois nous étions ! Inséparable trio !

Nous avons descendu un pont en rappel dans les gorges du Vercors, de presque 40 mètres, juste parce que ça l’amusait, qu’il adorait tenter, essayer… Allez chiche ! Il voulait surtout nous offrir la plus belle des enfances, tel qu’il aurait aimé la vivre lui, intensément ! Nous nous sommes arrêtés, il a installé sa corde en faisant en sorte que la descente nous amène sur un rocher juste assez grand pour une arrivée à peu près “confortable” (et un retour sur la berge gérable aussi, en enjambant quelques autres cailloux sans se mouiller les pieds). Complètement impensable aujourd’hui !!! Nous avions trouvé ça un peu fou, oui ! Mais de sa part rien ne nous étonnait vraiment et je ne me souviens pas que nous ayons eu beaucoup d’appréhension mon frère et moi, à enfiler notre harnais et à descendre… Nous lui faisions pleinement confiance et ça nous rendait forts !

Et bien sûr nos si nombreux séjours sur la côte Basque, où nous rêvions bien souvent mon frère et moi de ne pas en repartir. Son attachement pour cet endroit -(où il est né et où il repose aujourd’hui)- était si fort qu’il nous l’avait inévitablement transmis. Nos interminables promenades au bord de l’océan, par tous les temps. Nos baignades au Port-vieux à Biarritz, nos cours de nage sur cette même plage où il avait appris enfant… {un lieu qui me procure un sentiment de bien-être comme aucun autre}.

Il était courageux (sûrement un peu trop téméraire parfois aussi) de nous amener partout avec lui, juste nous trois, toujours avec patience et bienveillance. La conscience de tout ce qu’il faisait pour nous, je pense que nous l’avons eu tôt mon frère et moi, mais elle est pour moi, encore plus intense depuis que je suis maman et cela m’impressionne encore bien souvent !

Alors dans quelques semaines (J-2 mois exactement !!), ce grand voyage que nous allons réaliser en famille, c’est grâce à lui mais aussi pour lui ! J’ai sans doute hérité de sa fougue tout en étant sûrement un peu plus déraisonnable (lui garder toujours les pieds sur terre, moi un peu moins…).

Notre parenthèse débutera le mardi 11 juin, les billets sont pris et pour le moment c’est un aller simple pour New-York !

Et je suis sûre qu’il sourit là où il est et qu’il se réjouit et trépigne, au moins autant que nous !

{« Destination New-York » de Hergé, Éditions Casterman de 1951, BD de mon papa quand il était petit.  | Et sur la photo noir et blanc, mon papa pendant son cours de nage, plage du port-vieux à Biarritz, fin des années 50. Il est tout en bas, au milieu avec sa bouille ronde et souriante. :-)}

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply